Laponie en hiver 2018 – Éléments importants et départ

Lorsque l’on annonce à notre entourage que nous partons en Laponie du 28 décembre au 6 janvier, les réactions ne sont pas très enthousiastes.

Carte de notre périple


Pourquoi partir en Laponie en plein mois de décembre ? Est-ce qu’il fait vraiment nuit tout le temps ? Fait-il -50° ? Quels habits emporter ? Les routes sont-elles dégagées ?

Il faut dire que toutes ces questions sont légitimes, et nous nous les sommes posées aussi. Alors nous avons essayé de nous renseigner au maximum en lisant blog, sites touristiques, guide de voyage, et en nous rendant dans des magasins spécialisés. Nous allons ici tenter d’y répondre de façon précise, pour apaisez toutes vos craintes et vous poussez à franchir le pas, car le jeu en vaut la chandelle !

Concernant la nuit polaire

Le solstice d’hiver ayant lieu le 21 décembre, je vous laisse deviner que les jours ne sont pas très longs aux hautes latitudes. Le soleil ne se lève effectivement pas. Mais pas de panique, bien qu’il se trouve en dessous de l’horizon, cela suffit à amener de la luminosité, et surtout de magnifiques dégradés de couleurs de 9h du matin à 13h environ. La fourchette est un peu plus large quand on descend vers le Sud (Kittila par exemple). Le soleil étant plus rasant, le dégradé de couleur est fantastique : du rouge, du orange, du vert, du bleu clair, du bleu polaire, du bleu foncé. Magnifique! Donc pas d’inquiétude pour partir dans cette période, malgré les courts jours, vous ne serez pas déçus des couleurs que vous y verrez.

Ok on n’y voit pas comme en plein jour, mais qu’est ce que c’est beau…

Et au niveau des températures ?

En sortant de l’avion à Tromsø, nous nous attendions à geler sur place par des températures polaires… mais rien de tel : il faisait 1 degré ! C’est-à-dire plus chaud que dans certaine ville française à cette même période. On remercie le Gulf Stream qui apporte cette « chaleur » par la mer (et qui refroidi les USA).

Cependant, dès que l’on s’éloigne de la côte norvégienne, le thermomètre plonge. Nous avons eu une température minimale de -25° lors du franchissement de la frontière Finlandaise, vers Karigasniemi.

Crédits : www.futura-sciences.com

Quels habits porter ?

Comme nous venons de l’expliquer, les températures varient énormément d’un endroit à l’autre, et peuvent descendre très bas. Il n’y a pas de secrets, la meilleure solution consiste à appliquer la technique des 3 couches :

  • Une première, contre la peau, pour conserver la peau au sec et ainsi évacuer la transpiration. La laine de mérinos est particulièrement recommandée car elle isole bien, elle évacue l’humidité, elle n’a pas d’odeur, elle est légère, et surtout elle ne gratte pas ! Attention à bien lire les étiquettes, bien qu’écrit en gros sur l’étiquette, beaucoup de produits bons marchés ne sont en fait composés que d’une petite portion de laine de mérinos. Plus le pourcentage de laine sera élevé, moins vous aurez froid !
  • Une deuxième couche pour l’isolation thermique, chargée de retenir la chaleur de votre corps. Par exemple une polaire, ou une petite doudoune en duvet.
  • Et une dernière couche imperméable et coupe-vent comme le Gore-Tex, qui permet en plus d’évacuer la transpiration et de ne pas se retrouver dans un mini sauna.

Le tout est bien évidemment complété de chaussettes (en laine de mérinos aussi si possible) et gants chauds (le combo gants fins en soie et gants de ski ou moufles par dessus), ainsi que de chaussures imperméables adaptées pour le froid. En supplément des chaussures, il est possible de s’équiper de crampons amovibles, très pratique en cas de verglas et de neige !

Attention: ne mettez pas trop de couches aux extrémités, la logique étant d’avoir de la place dans ses chaussures pour que l’air dedans isole du froid et que la circulation du sang ne soit pas altérée (et que vous puissiez bouger vos orteils). Prévoyez donc une taille au-dessus.

Concernant notre équipement, nous avons essayé de choisir des vêtements bien entendus adaptés, mais sans dépenser une fortune. En complément de nos pantalons, vestes, polaires et gants de ski, voici nos achats:

Au niveau du haut, le t-shirt manches longues X-Warm de Odlo est vraiment top pour conserver sa précieuse chaleur tout en évacuant la transpiration.

Nous avons également acheté un autre t-shirt chez Decathlon, un peu moins chaud, mais permettant d’avoir un deuxième haut un peu moins cher (à utiliser dans les régions moins froides, proches des côtes).

Au niveau du bas, un collant thermique pour conserver sa chaleur sous le pantalon imperméable. Le Oldo assorti au t-shirt, excellent pour maintenir sa chaleur tout en évacuant la transpiration.

Chaussures : Sorel Karnival (approuvées pour -30 degrés, attention à ne pas vouloir mettre trop d’épaisseur de chaussettes et se retrouver à l’étroit)

Les fameux crampons à fixer sous les bottes en cas de verglas, neige, sols glissants en tout genre. L’avantage c’est qu’ils se mettent/enlèvent en moins d’1 min, et s’accroche facilement à un sac en attendant la prochaine utilisation.

Un petit tour de cou bien pratique pour se protéger du froid, et surtout du vent (partie polaire sur le cou, partie fine sur la bouche). Ce fût un achat de dernière minute bien apprécié par la suite, surtout pendant l’après-midi chiens de traîneau.

Les frontières

Le fuseau horaire est le même que la France pour la Norvège et la Suède, +1h pour la Finlande.

Pour passer d’un pays à l’autre, aucune formalité nécessaire, un simple ralentissement à 30km/h et quelques panneaux vous indiqueront que vous changez de pays.

Attention, ceci n’est absolument pas valable pour la Russie. Pour rentrer sur ce territoire vous aurez besoin d’un visa. Renseignez vous au préalable sur les formalités.

Le coût de la vie et du voyage

Répartition du budget pour la Laponie

Les prix en Scandinavie sont très élevés par rapport en France. Par exemple, un plat au restaurant coûte environ 25-30€.

Nous avons donc choisi d’économiser sur nos repas en emportant un réchaud, et un peu de nourriture en conserve et sachet de France. Puis nous avons fait des courses sur place, en essayant de tester des spécialités locales. Comme il n’est pas possible de transporter une bonbonne de gaz en avion nous l’avons acheté sur place. De belles « économies » (mais quand même environ 420€ de dépenses alimentaires) pour s’offrir des activités comme la ballade en chiens de traîneaux, des entrées au spa…

Au niveau logement, nous avons décidé de ne réserver que des AirBnb pour profiter du calme de chambres privées, tout en disposant de matériel de cuisine pour le soir, le tout à des prix abordables (moyenne de 70€/nuit pour 2 au lieu de 110€/nuit).

Concernant la voiture de location, nous sommes passées par l’agence en ligne SunnyCar, qui nous a réservé une voiture chez Sixt, pour 440€. Il est possible d’en louer pour bien moins cher en s’y prenant à l’avance, mais attention, les agences de location à Tromsø sont petites et les voitures se louent vite…

Concernant les billets d’avion, il a été encore une fois compliqué de partir de Toulouse en alliant petit prix et durée de voyage réduite. Nous avons choisi un compromis, avec 2 escales pour environ 12h de voyage (à l’aller et au retour), pour environ 500€ chez AirFrance-KLM.

Le petit bonus

A l’aller, nous avons effectué une première escale à Paris, puis une seconde à Bergen. Le voyage de 12h a été un peu long, mais passer la journée en escale et vols s’est avéré payant :en arrivant le soir sur Tromsø nous avons eu la chance de voir des aurores par le hublot de l’avion ! L’équipage a éteint les lumières de l’avion pour que nous puissions mieux contempler l’extérieur. Une chance pour nous, nous étions du bon côté du spectacle. Sans trépieds et avec les reflets il s’est avéré difficile de réaliser de jolies photos, mais l’expérience était grandiose. Si la photographie d’aurores vous intéresse, vous pouvez aller lire l’article sur les aurores boréales et comment les prendre en photo.

Accueil magique par les aurores

Arrivée à Tromsø

Le bus de ville numéro 42 relie Tromsø à l’aéroport en seulement 15 min, pour le prix d’un billet simple. Très pratique et économique en comparaison des navettes centre-ville – aéroport coûtant le double.

Astuce à connaître : télécharger l’application « Troms Mobilett » pour ne pas payer plein tarif ! Le tarif adulte est de 31.20 NOK (soit un peu plus de 3€, pas cher pour la Norvège je vous l’assure), le billet est valable 1h30 sur tout le réseau de la zone de Tromsø. Si vous voulez un plan du réseau ainsi que les horaires de passage, il vous faudra l’application « Troms Reise ». Voilà, vous êtes parés pour vous déplacer, même si au final vous pouvez vous déplacer à pieds pour beaucoup de lieux.

Suite du voyage : première journée à Tromsø!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *